Le Medium Wash High-Waist, le deuil et l’effet de fessier

Non, non, d’emblée je vous arrête, vous lecteurs à l’affût de la critique, ce n’est pas parce que très récemment j’ai découvert que le monde merveilleux de WordPress me permettait aussi, entre un tas d’autres choses formidables (petite flatterie pour les agents secrets de la société du site qui rôdent), d’agrémenter mon blog d’un menu, au sein duquel j’ai mis en place la brillante catégorie Chiffons, qu’à compter d’aujourd’hui je vais me sentir contrainte de vous bombarder d’articles mode. Vous pouvez souffler, prendre une grande inspiration (surtout si vous avez lu la phrase précédente à voix haute, très trop longue, je sais), évacuer cette angoisse passagère et vous réinstaller confortablement devant votre écran pour découvrir cet article sans appréhension.

Déprimée de voir ce triste bronzage que je m’étais pourtant appliquer à faire évoluer au cours de mes pauses déjeuner de stagiaire (qui furent de plus en plus courtes) s’estomper jusqu’à frôler l’inexistence, je décide de ressortir l’uniforme des 99% d’individus que je croise en une journée: le jean.

Mais pas n’importe lequel, non, non! Mon dernier investissement: le Medium Wash High-Waist Jean de chez American Apparel. Même s’il faut avouer que le C’est vrai qu’il vous va bien mieux qu’à moi, vous le remplissez mieux au niveau des cuisses… de la vendeuse n’est pas franchement ce qui a crée en moi le déclic. Bref.

Après l’achat, s’en sont suivies plusieurs étapes, qu’on pourrait transposer chez moi à celle du deuil:

Etape 1: le déni. Non non je n’ai pas fais ça. Je n’ai pas dilapidé près un cinquième de mon salaire de stagiaire dans un jean de camionneuse que je n’oserai sans doute jamais porter, je ne suis pas prête pour l’americanapparelisation.

Etape 2: la colère et culpabilité. De nouveau: Non non je n’ai pas fais ça (mais en hurlant cette fois-ci. Devant la glace. En insultant la vendeuse. Et en culpabilisant aussi…elle a raison c’est bien rempli au niveau des cuisses…).

Etape 3: le marchandage. Après 15 jours de déni, de colère et de culpabilité à pleurer et à m’arracher les cuticules (pour mieux réfléchir), je prends enfin la décision de rendre le jean au magasin. Je suis au-dessus de cette recherche de l’anti-conformisme enfin. Mais évidemment, j’ai perdu mon ticket de caisse et supprimer le mail de confirmation d’achat de la boutique AA, et malgré les potentiels sourires suppliants à la vendeuse (oui, oui cette grosse sal**** de hipster), l’opération s’avèrera impossible.

Etape 4: la dépression. Grande tristesse, remise en question et détresse. Ai-je un problème avec l’achat compulsif ? D’où cela vient-il ? ou plutôt Douchela vientilch ? (la bouche pleine de chips au poulet rôti).

Etape 5: l’acceptation. Après le 30 day squat challenge ou plus personnellement mon 9 day squat challenge, je décide de réenfiler la bête. Bon. Finalement c’est pas si mal. Cet air obèse imposé par le diktat du slim chaque fois qu’on enfile un autre jean s’estompe peu à peu jusqu’à oser porter le jean en public, mieux, en cours!

Je n’irai pas jusqu’à dire que l’essayer c’est l’adopter, dans mon cas l’assumer revient à le porter systématiquement agrémenté de talons compensés (d’ailleurs je me vois dans l’obligation de trouver une autre solution le froid approchant), et avec un haut très moulant. Toutefois, ne pas se décourager, effet de fessiers garanti! ❤

3slw1d-i xl74i1-i

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s